Le Forum Francophone / 2008

:: Numéro 1, juillet 2008 ::

Dans ce numéro:
Francophonie et mondialisation, par François Stévenin;
Un journaliste ne doit pas avoir faim, par Monica Stévenin;
Jean Kouchner à Aoste le 28 mars 2008;
Liste des mots français "recommandés"
Patois et... patois! introduction de la Réponse aux "Amis du patois", par le Centre d'Etudes René Willien de Saint-Nicolas et à l'article paru sur La Vallée Notizie Attenti, il patois è in pericolo par Cristiano Florio;
Conclusion sur ce thème par Dina Quendoz.


:: Numéro 2, septembre 2008 ::
Dans ce numéro:
Contre l'emprisonnement des journalistes, par Georges Gros, secrétaire général international;
Vie de la section, par Dina Quendoz;
Concours Trèves: 9e, 10e et 11e éditions;
La Foire de Saint-Ours, par Sylvie Bal;
La Foire de Saint-Ours, par Carolina Grosa;
Règlement 11e édition du concours "Abbé Trèves".

:: Numéro 3, décembre 2008 ::
Dans ce numéro:
Une occasion enrichissante de rencontres et d'échanges, par Dina Quendoz;
Vie de la section, par Elena Landi;
Conclusions des 40es Assises de l'UPF.
Fichier à télécharger: numéro 1 numéro 2 numéro 3

Accueil



Voir aussi: PRÉSENTATION »   LE COMITÉ »  
L'UPF
C'est à Paris que l'Association internationale des journalistes de langue française est créée en 1952. Devenue Union internationale des journalistes et de la presse de langue française en 1971, puis Union internationale de la presse francophone (UPF) en 2001, cette association, amicale à ses débuts, se transforme peu à peu en une union professionnelle, reconnue comme organisation internationale non-gouvernementale par les plus grandes institutions internationales ou multilatérales comme l'ONU, l'UNESCO, le Parlement européen de Strasbourg et l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF).
Elle est présente sur les 4 continents avec 49 sections regroupant quelque 3 000 journalistes et collaborateurs de la presse écrite, audiovisuelle et internet.
Parmi celles-ci, la section valdôtaine de l'UPF est une association culturelle sans but lucratif et indépendante de tout mouvement ou parti politique qui se propose, depuis la fin des années 60, de valoriser le patrimoine culturel et linguistique de la Vallée d'Aoste, en particulier par la diffusion du français dans les médias valdôtains et, surtout, par le soutien aux projets francophones en faveur des jeunes.


Le concours Abbé Trèves
Le concours « Abbé Trèves » relève précisément de cette dernière démarche.
Depuis plusieurs décennies, il vise à encourager les jeunes valdôtains à découvrir le monde du journalisme francophone et à approfondir la connaissance de l'histoire, de la culture et de l'actualité de la Vallée d'Aoste.
Ainsi plusieurs lauréat(e)s des anciennes éditions sont désormais des "ambassadeurs" de la Vallée d'Aoste partout dans le monde.

Ce concours s'articule en deux volets concernant, le premier, les élèves de 3e des écoles moyennes et, le deuxième, les résidants en Vallée d'Aoste âgés de 18 à 30 ans, qui sont tous invités à écrire un article en français sur les personnages, les manifestations ou tout autre aspect de la civilisation valdôtaine établi par le Comité de direction de l'association.

Trois prix sont prévus pour chaque volet du concours et notamment, pour l'école moyenne, autant de dotations de livres d'une valeur respective de 250 euro, 150 euro et 100 euro et, pour les jeunes, un stage d'un mois dans la rédaction d'un journal francophone - avec le remboursement des frais correspondants (1500 euro au maximum) - et deux tablettes tactiles.
Après une interruption d'une année, qui a permis à l'UPF d'organiser un séminaire de formation sur le journalisme francophone censé encourager les jeunes à découvrir ce monde et à participer au concours, la 18e édition est lancée au mois de décembre 2016 et s'achèvera par la remise des prix dans le cadre de la Semaine de la francophonie 2017.
Cette dernière édition du concours Trèves est organisée avec le soutien de la Présidence du Conseil de la Vallée et de l'Université de la Vallée d'Aoste et la collaboration du Centre d'études « Abbé Trèves » d'Émarèse.
L'UPF souhaite créer autour de son concours une véritable synergie entre les partenaires déjà évoqués et les autres instances qui partagent les mêmes buts : faire connaître à la fois le monde du journalisme et le patrimoine identitaire de la Vallée d'Aoste francophone

Fichier à télécharger: 18e concours Abbé Trèves- Règlement

Adresse
Union internationale de la presse francophone - Section de la Vallée d'Aoste
3, rue Jean-Baptiste-de-Tillier
11100 Aoste

courriel : info@pressefranvaldotaine.eu

Parmi ses activités les plus connues, nous rappelons l'organisation du concours Trèves, adressé aux jeunes valdôtains ;
-la publication du quadrimestriel « Le Forum francophone » ;
-l'organisation de rencontres thématiques diverses ;
-l'accueil de délégations de confrères et de consoeurs désireux de connaître notre région et notre particularisme ;
-la participation aux rencontres européennes et aux assises internationales organisées par les autres sections de l'Union internationale de la presse francophone.

Activités


L'activité de la section
Les actions de la section sont, principalement
  • l'organisation du concours "Abbé Trèves" (voir section site);
  • la participation aux assises internationales de la presse francophone;
  • l'organisation des Veillées francophones;
  • la publication du Forum (voir pages site);
  • l'organisation des journées européennes.

  • Concours Trèves



    Voir aussi: 17E ÉDITION »   HISTORIQUE »  
    Concours
    Afin d'encourager les jeunes à écrire en français, la Section de la Vallée d'Aoste de l'UPF organise, depuis 1994, un concours adressé aux élèves des écoles et aux jeunes de la région.

    Depuis quelques années, le concours se compose de deux volets:

    premier volet = élèves des classes de troisième des établissements de l'enseignement secondaire du premier degré;
    deuxième volet = jeunes de nationalité italienne, âgés de 18 à 30 ans et résidant en Vallée d'Aoste depuis au moins cinq ans.

    Le Forum Francophone



    Voir aussi: 2003 »   2004 »   2005 »   2006 »   2007 »   2008 »   2009 »   2010 »   2011 »   2012 »   2013 »  
    Le Forum - le bulletin de l'UPF Vallée d'Aoste
    Le premier numéro du Le Forum francophone a été publié la première fois en 2003, au mois d'octobre.

    Depuis cette date, le bulletin de la section est envoyé gratuitement à tous les Valdôtains qui le désirent, aux associations, aux institutions et aux écoles de la Vallée d'Aoste, ainsi qu'aux autres sections européennes de l'association se propose d'informer ses lecteurs sur la francophonie dans le monde, sur l'activité de l'UPF et en particulier de la section valdôtaine, ainsi que de leur offrir un espace de débat et de rencontre.

    Le Forum a été présenté à la presse le mercredi 8 octobre 2003 au siège de la section de la Vallée d'Aoste de l'UPF.

    Communiqués



    Voir aussi: A' LA UNE »  
    communiqués 2010
    :: Libération journalistes ivoiriens ::

    18 juillet 2010 - L'UPF demande la libération de trois journalistes ivoiriens.
    voir: 18 juillet 2010

    :: Guinée, Grèce, Serbie ::

    27 juillet 2010 - L'UPF demande que les assassins et agresseurs de journalistes soient connus et punis.

    voir: 27 juillet

    :: Trait d'union n°24 ::

    Trait d'union AOUT 2010 - Communication de Alfred Dan Moussa, président international UPF
    voir: trait d'union

    Revue de presse


    On parle de nous...
    Dans cette section, organisés suivant la chronologie et rassemblés par thèmes, vous trouverez les principaux articles publiés dans les hebdomadaires de la région et ailleurs concernant notre activité.
    Bonne lecture!
    :: Concours Trèves ::
    Francophonie : le concours Abbé Trèves remporté par Villeneuve
    Annie Lavy primée (Gazzetta Matin, 30-05-2011)
    Fichier à télécharger: article

    Les candidatures à la 14ème édition
    Concours Abbé Trèves
    (La Vallée Notizie, 14-01-2012)
    Fichier à télécharger: article

    Les Batailles de Reines et le français en Vallée d'Aoste au Concours Trèves
    (La Vallée Notizie, 18-11-2011)
    :: Journées Francophones ::
    Le rôle de la presse pour promouvoir le français objet d'une rencontre-débat organisée par l'UPF
    (La Vallée Notizie, 05-11-2011)

    Fichier à télécharger: article 18/11 article 05/11

    Vendredi dernier, 28 octobre, un débat organisé par la section valdôtaine de l'U.P.F.
    Presse et francophonie : un binôme qu'il ne faut pas perdre
    (Le Peuple Valdôtain, 4-11-2011)
    Fichier à télécharger: article

    Mauvaise Langue
    (ALPE, décembre 2011)

    Fichier à télécharger: article

    Importante rencontre-débat sur le thème Presse et francophonie
    Les Journées de l'Union de la Presse Francophone (U.P.F.)
    (Corriere della Valle, 12-01- 2012)
    Fichier à télécharger: article

    Sguardi sull'attualità dal mondo francofono dell'informazione
    (La Stampa, 28-10-2011)

    Fichier à télécharger: article

    Journées de la presse francophone à Aoste
    (La Vallée Notizie, 22-10-2011)
    Fichier à télécharger: article

    Divers
    La Vallée d'Aoste et l'Italie
    (Le Réveil Social, SAVT Histoire et Culture, décembre 2011)
    Fichier à télécharger: article

    Anniversaire Langue Française
    (Faucigny, Tribune Libre)
    Fichier à télécharger: article

    Liens


    A visiter sur le web pour des renseignements utiles


    Les liens utiles pour écrire en français
  • le site où trouver la liste des termes français à utiliser au lieu de mots étrangers

  • le grand dictionnaire terminologique

  • Larousse.fr, accès à l'encyclopédie et aux dictionnaires

  • le Conjugueur

  • le trésor de la Langue Française informatisé


  • Ne râtez pas l'actualité des Valdôtains du monde sur
    Alors que l'Union Valdôtaine de Paris vient de fêter son Arbre de Noël, découvrez par le lien ci-dessous l'actualité de son site internet avec notamment les cent ans du Messager Valdôtain sous la plume d'Alessandro Celi, le président de la Fondation Emile Chanoux d'Aoste, l'exposition sur la Vallée d'Aoste organisée par les émigrés et la municipalité de Lausanne, l'ouvrage de Gianpaolo Giordana consacré aux Valdôtains engagés dans la Guerre d'Espagne, les Arbres de Noël des Union Valdôtaine de Lyon et de Dauphiné-Savoie, l'hommage aux Valdôtains et aux Italiens des maquis de l'Isère et l'avenir chinois des bandes dessinées publiées par Michel Jans, originaire de Lillianes.

    Tout cela est sur: www.uvparis.org

    Langue française


    Le français...une langue animale?
    «Myope comme une taupe», «rusé comme un renard» «serrés comme des sardines»... les termes empruntés au monde animal ne se retrouvent pas seulement dans les fables de La Fontaine, ils sont partout.
    La preuve: que vous soyez fier comme un coq, fort comme un boeuf, têtu comme un âne, malin comme un singe ou simplement un chaud lapin, vous êtes tous, un jour ou l'autre, devenu chèvre pour une caille aux yeux de biche.
    Vous arrivez à votre premier rendez-vous fier comme un paon et frais comme un gardon et là , ... pas un chat!
    Vous faites le pied de grue, vous demandant si cette bécasse vous a réellement posé un lapin.
    Il y a anguille sous roche et pourtant le bouc émissaire qui vous a obtenu ce rancard, la tête de linotte avec qui vous êtes copain comme cochon, vous l'a certifié: cette poule a du chien, une vraie panthère! C'est sûr, vous serez un crapaud mort d'amour.
    Mais tout de même, elle vous traite comme un chien.
    Vous êtes prêt à gueuler comme un putois quand finalement la fine mouche arrive.
    Bon, vous vous dites que dix minutes de retard, il n'y a pas de quoi casser trois pattes à un canard.
    Sauf que la fameuse souris, malgré son cou de cygne et sa crinière de lion est en fait aussi plate qu'une limande, myope comme une taupe, elle souffle comme un phoque et rit comme une baleine. Une vraie peau de vache, quoi!
    Et vous, vous êtes fait comme un rat.
    Vous roulez des yeux de merlan frit, vous êtes rouge comme une écrevisse, mais vous restez muet comme une carpe.
    Elle essaie bien de vous tirer les vers du nez, mais vous sautez du coq à l'âne et finissez par noyer le poisson. Vous avez le cafard, l'envie vous prend de pleurer comme un veau (ou de verser des larmes de crocodile, c'est selon).
    Vous finissez par prendre le taureau par les cornes et vous inventer une fièvre de cheval qui vous permet de filer comme un lièvre.
    C'est pas que vous êtes une poule mouillée, vous ne voulez pas être le dindon de la farce.
    Vous avez beau être doux comme un agneau sous vos airs d'ours mal léché, faut pas vous prendre pour un pigeon car vous pourriez devenir le loup dans la bergerie.
    Et puis, ç'aurait servi à quoi de se regarder comme des chiens de faïence.
    Après tout, revenons à nos moutons: vous avez maintenant une faim de loup, l'envie de dormir comme un loir et surtout vous avez d'autres chats à fouetter.

    Fooding ou art culinaire?
    Le fooding est à la mode.
    Il a désormais ses adeptes, ses produits, ses dictionnaires, ses revues, et même ses restaurants. Les gourmets d'aujourd'hui ont délaissé la nouvelle cuisine et réinventent les plaisirs de la table. Raffinement et originalité, tout doit concourir au bien-être des convives : saveurs, couleurs, odeurs, décor, atmosphère, environnement sonore. L'art de la table conçu comme un art total.

    Pour ces délicats épicuriens, soucieux du choix des mets, le choix des mots semble au contraire de peu d'intérêt.
    Ce terme sans goût, pseudo-anglicisme formé comme smoking, forcing ou brushing , aurait été créé, selon ses inventeurs, par l'association de food et de feeling (ce qui n'est d'ailleurs pas perceptible dans le mot fooding lui-même), afin de désigner ce qui est à la fois un comportement et un marché.
    Seul un goût immodéré du paradoxe peut conduire à recourir à une autre langue pour évoquer une forme si typique de notre art de vivre et de notre culture.
    Les mots ne manquent pourtant pas en français : gastronomie, art ou plaisir de la table, bonne chère, bien-manger, art culinaire

    Dîner aux chandelles ou déjeuner sur l'herbe, repas de famille, en tête-à-tête ou entre amis, au restaurant ou chez soi, qu'elle soit grande, bourgeoise, ou « branchée », la cuisine reste un des arts majeurs pratiqués en France.
    On peut sacrifier au goût du jour, faut-il pour autant en perdre sa langue ?
    Le 14 septembre 2005
    Commission générale de terminologie et de néologie


    Ce site utilse des cookies, placés également par des émetteurs tiers.
    En cliquant sur FERMER et en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation en conformité avec les termes de notre politique des cookies. En savoir plus .
    FERMER